1er décembre 2015, journée mondiale de lutte contre le VIH/sida: les mots justes pour en parler

La journée mondiale de lutte contre le VIH/sida est l’occasion de parler d’une épidémie qui touche environ 150 000 personnes en France. Le sujet est plus complexe et exposé aux approximations que jamais. Nous, journalistes, nous devons d’employer les bons termes, adaptés à la réalité de l’épidémie telle qu’elle est vécue en 2015.

Utiliser les mots justes, c’est refuser de participer à la dramatisation, à la stigmatisation, aux effets d’annonces. Le respect des personnes directement concernées, ainsi que notre rigueur professionnelle, demandent que nous prenions un instant pour réfléchir au vocabulaire employé.

– VIH ou sida?

Être séropositif-ve, vivre avec le VIH, ce n’est pas «avoir le sida». Les deux mots ne sont pas interchangeables. Le VIH est le virus de l’immunodéficience humaine. Le sida, le syndrome de l’immunodéficience acquise — sans majuscules —, est le dernier stade de l’infection par le VIH. Dans leur immense majorité, en 2015, les personnes vivant avec le VIH en France ne sont pas au stade de la maladie. Notons d’autre part que les expressions «virus du sida» ou «virus du VIH» sont incorrectes.

– Parler des nouveaux outils de prévention : l’exemple de la Prep

Aujourd’hui, la prévention de l’infection se diversifie et s’appuie sur l’efficacité des traitements antirétroviraux. Ainsi, Marisol Touraine a annoncé le 23 novembre dernier que la prescription du Truvada® serait autorisée dans le cadre de la Prep –pour prophylaxie pré-exposition– en décembre 2015 et prise en charge par l’assurance maladie à 100%, dès 2016.

• Contrairement à ce que certains médias ont affirmé, le Truvada® n’est pas un nouveau médicament. Il fait partie depuis 2006 de certaines multithérapies utilisées par les personnes séropositives au VIH pour contenir la réplication du virus et rester en bonne santé. Ce qui est récent, c’est que les deux molécules qui composent ce médicament viennent de faire leurs preuves dans une indication préventive.

• La Prep est un traitement préventif de l’infection au VIH et ne doit pas être confondu avec le traitement d’urgence (Traitement Post Exposition, TPE), qui est prescrit après une exposition éventuelle au virus.

• La Prep n’a pas pour vocation de remplacer le préservatif et ne sera prescrite qu’aux personnes très exposées au VIH, qui ne veulent pas ou ne peuvent pas utiliser des préservatifs pour se protéger.

L’AJL invite donc les journalistes à porter une attention toute particulière au traitement des innovations en matière de prévention, tout en veillant, comme pour les sujets LGBT et VIH habituels, à ne pas relayer les clichés qui pourraient entretenir la sérophobie.

– Plus d’informations

– Le kit créé par l’AJL contient des conseils sur la manière de parler correctement du VIH : (http://ajlgbt.info/informer-sans-discriminer/vihsida-comment-en-parler/)

– La Prep ou prophylaxie pré-exposition sur le site Vih.org: (http://vih.org/dossier/prep-prophylaxie-pre-exposition)

– Sida Info Service (http://sida-info-service.org)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*