Homophobie dans TPMP: la « blague » de trop

Suite à la séquence homophobe diffusée dans l’émission Touche pas à mon poste le jeudi 18 mai 2017, nous avons publié une tribune sur le site de L’Express. Nous en reproduisons ici le contenu.

 

Jusqu’où Cyril Hanouna ira-t-il dans l’homophobie? Humilier quotidiennement un chroniqueur en raison de son orientation sexuelle, utiliser -sans autorisation- la photo d’une femme trans pour se moquer d’un autre, multiplier les allusions douteuses: tout cela ne semble ne pas suffire à Touche pas à mon poste.

Jeudi 18 mai 2017, au lendemain la journée internationale de lutte contre l’homophobie, le présentateur de TPMP a offert une tribune aux clichés, à l’humiliation et la haine. Sous prétexte de « blagues », l’homophobie la plus crasse est son fonds de commerce. Cela est d’autant plus inquiétant que l’AJL avait relevé, au cours du seul mois de novembre 2016, pas moins de 42 « blagues » en lien avec l’homosexualité, la plupart dégradantes.

Petit rappel de la « supercherie » d’avant-hier soir: dans une petite annonce publiée sur internet, Cyril Hanouna s’est fait passer pour « Jean-José« , 26 ans, à la recherche d’une « relation courte ou longue » avec un homme. Plusieurs garçons composent le numéro de téléphone figurant sur l’annonce. Leur conversation avec l’animateur, qui pour l’occasion prend une voix efféminée, est diffusée sur haut-parleur à leur insu.

L’influence prescriptrice de la télévision n’est pas à démontrer

Pour l’AJL, cette séquence est inacceptable. Tout d’abord parce que le présentateur d’une émission très populaire ne devrait pas donner l' »exemple » de la stigmatisation et de l’humiliation d’une minorité. Car il s’agit bien de cela: en diffusant leurs propos crus à l’antenne, Cyril Hanouna a volontairement humilié ces garçons et cherché à donner une image dégradante des homosexuels.

L’influence prescriptrice de la télévision n’est pas à démontrer, l’animateur fait donc preuve d’une grande irresponsabilité. Rappelons que les actes LGBT-phobes signalés à SOS homophobie ont progressé de près de 20% au cours de l’année écoulée. Ou encore que les humiliations et le harcèlement font toujours partie du quotidien d’un bon nombre de jeunes LGBT, conduisant à un risque quatre fois plus élevé de suicide chez les ados gays par rapport aux jeunes hétéros, selon les associations.

Le caractère pernicieux de la séquence de TPMP ne s’arrête pas là. En piégeant des homosexuels pour se moquer d’eux, Cyril Hanouna utilise symboliquement les mêmes méthodes que ceux qui attirent les homos dans des traquenards pour leur casser la figure. On rétorquera que ce n’est qu’une plaisanterie, juste un jeu, que lui ne tape pas. Mais la violence d’une telle séquence à une heure de grande écoute est dévastatrice.

De la bêtise pure

L’animateur ne s’arrête pas là: il présente les homosexuels sous un angle uniquement sexuel, comme des personnes déviantes. L’éternelle caricature des gays nous afflige et nous lasse. Pour Cyril Hanouna, un homosexuel est un homme à la voix aiguë et maniérée. Comme si cela constituait une tare et justifiait les moqueries. C’est de la bêtise pure. De l’homophobie sans filtre offerte en pâture à des centaines de milliers de téléspectateurs, souvent jeunes.

Fort heureusement, une bonne partie de la société ne se reconnaît plus dans ces codes d’un autre âge et ne juge plus un homme à l’aune de ses signes extérieurs de virilité ou une femme à la lumière de sa féminité.

Récompenser les médias qui améliorent la visibilité des LGBT

Entendons-nous bien: le cas de Cyril Hanouna n’est pas représentatif du traitement médiatique français des questions LGBT. Bon nombre de journalistes et de personnalités médiatiques s’attachent à donner une représentation sensible, diverse et fidèle des LGBT, en évitant les clichés et les caricatures, et dénoncent les atrocités commises contre ces minorités dans plusieurs pays du monde.

C’est pour cette raison que l’AJL a choisi d’organiser, le 29 juin prochain, la première cérémonie des « OUT d’or ». Cet événement festif et militant récompensera les médias, les personnalités et les initiatives qui améliorent la visibilité des LGBT dans l’espace public. Elle distinguera ainsi, en quelque sorte, les anti-Hanouna.

Quant à l’animateur de TPMP, l’AJL s’interroge: combien de temps peut-il rester à l’antenne sans impunité? Pour l’association, la séquence d’hier soir était la « blague » de trop.

L’habituelle ligne de défense de Cyril Hanouna, qui invoque le droit à l’humour et rappelle régulièrement son soutien à l’association Le Refuge, ne suffit plus.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*