Le kit «Informer sans discriminer»:
L’AJL appelle à un meilleur traitement des questions lesbiennes, gay, bi et trans (LGBT)

Il y a un an, l’ouverture du mariage aux couples de même sexe a donné lieu à de nombreuses carences et défaillances dans le traitement médiatique des questions LGBT (lesbiennes, gay, bi et trans), entamant notre capacité à délivrer une information de qualité pour toutes et tous. Suite à cette constatation, des journalistes ont décidé de créer l’association des journalistes LGBT, l’AJL.

Le lundi 23 juin, à quelques jours de la Marche des fiertésl’AJL a présenté et remis son kit de conseils pratiques et concrets pour aider les journalistes dans leur travail quotidien de couverture des thématiques LGBT. A cette occasion, ils sont revenus, en compagnie de Yohann Roszéwitch, président de l’association SOS-Homophobie, sur un an de traitement des questions LGBT dans les médias – ouverture du mariage aux couples de même sexe, prétendue « théorie du genre », affaire Chelsea Manning, victoire de Conchita Wurst à l’Eurovision, etc.

Marie Labory, présentatrice du JT d’Arte, l’une des rares journalistes de l’audiovisuel ouvertement homosexuel-le-s, a témoigné de son expérience.

La conférence de presse s’est tenue le lundi 23 juin 2014 à 16h30 à la Maison des Métallos.

Avec le soutien de la Maison des métallos, 94 rue Jean-Pierre Timbaud (Paris 11e – métro Parmentier ou Couronnes).

Créée au printemps 2013, l’association des journalistes LGBT (AJL) regroupe des professionnel-le-s issus de différentes rédactions (AFP, Radio France, Mediapart, Télérama, 20 minutes, Yagg, etc.). Elle se donne pour but de réfléchir au traitement par les médias des questions LGBT, et/ou liées à l’identité de genre et à l’orientation sexuelle, et de contribuer à l’améliorer dans le respect des personnes concernées.

L’AJL sur Twitter
L’AJL sur Facebook

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*